Le confort de la NZ, après 3600 km, c’est fini

DSC05937

Oui, confort. Ici, quand on donne rendez-vous à un taxi à 4h30 du matin, il est là, à l’heure dite. Ni avant, pour nous culpabiliser, ni après pour nous stresser… On peut dire que nous avons été chouchoutés dans ce pays de paix -je choisis mes mots- où tout est simple.

Les gens ont facilement le sourire, sont calmes et agréables pour la grande majorité (nous mettrons de côté la cycliste malotrue qui nous a traités de fucking tourists parce que nous gênions son passage avec notre congélateur, camion, camping-car. Après avoir dit être vraiment désolé, sorry mais on recommencera plus, face à ses insultes multiples, je l’ai traitée de morue, sans conviction mais mon stock de gros mots en anglais est… pfff…). Donc tout le monde en Nouvelle-Zélande il est gentil.

On a pensé à mon neveu Jules, qui voue une passion pour les travaux de Bob le Bricoleur https://www.youtube.com/watch?v=p1_4sszS_yI

En effet, quand une route, un poteau, une grille est cassée : on répare ! Oh la la, il y a un petit trou dans la chaussée. Hop, 4 ouvriers, dont 2 qui gèrent la circulation, 2 grosses machines et en quelques coups de pelle, c’est plié !

Donc toujours ce sentiment de confort, de sécurité. Alors on se dit qu’il faut en profiter parce que dans les pays qui viennent, on ne sera pas forcément aussi bien lotis, comme des poissons dans l’eau. Ce confort là est agréable et reposant mais il n’est pas le leitmotiv de notre périple. Alors, c’est sans regrets que nous passons à autre chose. L’Australie ! Oui, plutôt confort aussi. Mais cher… donc on a raccourci notre séjour à Sydney à 4 jours pour un départ à Bali mardi 1er décembre.

Pour revenir à ce pays magnifique qu’est la Nouvelle-Zélande, nous avons constaté que les 2 îles étaient très différentes. Le nord, assez proche de l’Angleterre, très verdoyant, mais également complètement cadré par les néo-zélandais : on tond les gazons à ras, tous les quatre jours, on repeint les grilles régulièrement, on garde notre pays très propre et accueillant. Les villes moyennes se ressemblent beaucoup, avec leurs charmes malgré tout. Et une culture Maori qu’on veut plus présente. Le sud, beaucoup plus sauvage, moins peuplé voire désertique par endroits, encore moins cadré par l’homme qui laisse volontiers la nature faire son boulot. Et c’est vraiment réussi. Par contre, absence réelle de cette culture Maori. C’est du moins notre ressenti.

Il est vrai qu’en camping-car, les rencontres se font moins facilement, nous sommes comme dans une bulle -attention, une bulle où on se cogne quand même souvent et beaucoup et où on se brosse les dents là où tout le monde fait pipi…- du coup, petite frustration. Mais à chaque rencontre/échange, cela a été du plaisir, des sourires et des « Bon Voyage ! » qu’on écoutait avec bonheur.

Les néo-zélandais ont le culte du camping et du barbecue ! Dans les quelques camping où nous nous sommes arrêtés (pour l’électricité et internet essentiellement), 8 en 26 jours très précisément, il y avait toujours à disposition des barbecues (à gaz ! qu’est-ce que c’est pratique ça…) et plusieurs tables autour. On vient avec sa viande, sa bière et on s’installe à côté de tout le monde, pour partager ce moment sympa et simple du dîner en extérieur (quel que soit le temps…). DSC06257

Pour les enfants, la NZ fut peut-être moins incroyable. Beaucoup de paysages qui nous laissaient sans voix ne les impressionnaient pas très longtemps. Et puis, une journée de paysages, c’est long. Des activités ? Oui, la NZ en propose : hélicoptère, cheval (60 $ nz pour 1 heure, soit 42 €…), spa dans les sources d’eau chaude : là, c’est nous qui avons dit non, avec en tête l’image de nos enfants faisant la bombe dans les bassins calmes où les adultes se prélassent…

Pour notre défense, nous avons visité Te Puia à Rotorua : http://www.tepuia.com/.

Nous avons creusé pour trouver (et l’avons trouvée !) l’eau brûlante de Hot Water Beach : http://www.newzealand.com/int/hot-water-beach/

Bien sûr, Hobbiton : http://www.hobbitontours.com/

Ainsi que Weta Work Shop à Wellington : https://www.wetanz.com/shop/

Sous la pluie diluvienne, nous étions à : http://www.shantytown.co.nz/

Bref, ils n’étaient pas en reste, ces enfants. Et puis, un camping avec une aire de jeu de temps en temps, ça permet de se défouler. Encore mieux quand il y a une piscine (couplé au beau temps, ce qui n’était pas toujours évident) avec toboggan ! Pour les adultes, un camping c’est l’occasion de discuter avec d’autres adultes (parfois on en a grand besoin), l’occasion de prendre une looongue douche (raisonnable hein ! On n’oublie pas que l’eau reste un élément crucial à protéger sur notre jolie planète) et faire un shampooing long, appliqué, voire un après-shampooing ! Et surtout : la lessive traditionnelle en machine et pas notre petit nettoyage du linge au savon d’hôtel puis séchage dans le camping-car sur le fil à linge tendu entre le lit d’en haut et l’extincteur (très art-déco, je vous le conseille!).

En tous cas, maintenant que nous sommes en Australie, là où le soleil donne, là où la plage est proche et accessible, on va y aller. Et puis, la plus réputée, c’est Bondi Beach ! Petit clin d’oeil dont on ne va pas se priver !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s