Avec du retard, des photos du Brésil maintenant qu’on maitrise la technique…

DSC01412

Dans les rues de Sao Paulo

DSC01615

Parque des Aves – Parc des oiseaux à Foz de Iguaçu

DSC01492

Au zoo de Sao Paulo, par 35 degrés

DSC01659

Parc des oiseaux

DSC01229

Des indigènes sur Ilha Grande

DSC01185

Tarzan

DSC01073

Copacabana

DSC00808

Boutures d’orchidées sur les arbres de Rio

DSC01054

Maxi Faim !!!

DSC01015

Stade du Maracana

DSC00958

Quartier Santa Teresa

DSC00914

L’escalier Selaron à Rio

DSC00896

Sympa les sorties de métro à Rio…

DSC00989

Plage de Copacabana

DSC00950

Rio vu de la montagne du Corcovado

DSC00894

Métro de Rio, pas très compliqué : y’a que 2 llignes 😉

DSC01247

Soirée Caipirinha à Ilha Grande

DSC00877

Quartier des affaires de Rio

DSC00892 - copie  DSC01020 DSC01026 DSC01107 DSC00867

Paraty, Sao Paulo pour en finir avec le Brésil

Que de choses que d’événements, que d’activités depuis le dernier billet… On n’arrive parfois pas à se souvenir de ce qu’on a fait la veille tant les journée sont denses. Le Brésil, c’était selon notre programme un moment de pause, sorte de vacances avant « d’attaquer » réellement ce tdm. Bon, et bien la météo nous a taclés en plein vol et nous débarquons en Argentine quelque peu crevés mais évidemment heureux. Comme depuis le début de cette aventure. Il faut avouer que la ville de Paraty nous a laissé un goût amer, avec ses 17 degrés durant nos 2 jours passés là-bas. Oui, on aime bien se plaindre parce qu’on est exigent. Paraty c’était les plages, l’eau émeraude et le snorkeling. Du coup…on s’est sauvé de cette petite Île de Ré-en-novembre après 2 nuits au lieu des 4 prévues initialement.

Soucieux que nos enfants ne soient pas désappointés trop souvent, on les ambiance : on vous prévient les Loulous, l’Argentine, c’est plus froid. Y’aura pas de baignade, on sera souvent en polaire. Réponse des enfant qui renâclent à quitter le Brésil : « Oh… Pfff… »  Arrivés en Argentine : 36 degrés. Piscine dans l’hôtel dans laquelle on PEUT se baigner, soleil ardent, crème solaire et ingestion de 3 bouteilles d’eau par jour. Petite remarque de Céleste : « Heu c’était pas le contraire qui était prévu ? Finalement, je préfère l’Argentine moi ! »

Au total, le Brésil aura été de courte durée. Céleste a bien l’intention d’y retourner avec sa copine Joana, sa soeur et Laura quand elle sera plus grande et là, elle fera pas la randonnée de 3h30 mais elle prendra un bateau pour aller à la plage de Lopes Mendes, elle. Parce que oui, elle n’aura pas besoin d’économiser son argent, elle. La chance !!

Au Brésil, on aura eu du mal à gérer les quantités de nourriture servie dans les restaurants, on aura fait une cure de frites-riz-haricots en grain (à chaque repas, car au Brésil, on sert toujours au moins 3 féculents avec les plats) mais on aura baigné dans une ambiance reposante et détendue. Sao Paulo reste une mégalopole incroyable, avec une densité de population parfois étouffante. Les trottoirs ressemblent souvent à ceux de Paris à la veille de Noël, tout comme le métro dont les heures de pointe sont… ah ben toute la journée apparemment. Le bruit des grandes villes a parfois été épuisant mais les parcs sont restés nos meilleurs havres de paix, avec balançoires en prime !

Et la cerise sur le gâteau : les chutes d’Iguaçu. On en a pris plein les yeux ! Remarquez, c’est ce qu’on cherchait hein… L’appareil photo n’a pas refroidi avec la sensation frustrante que les photos ne rendent pas les reliefs et les couleurs comme on le voudrait, ou plutôt comme la réalité. Surtout les embruns hé hé…

Ainsi, depuis Ihla Grande, nous avons filé en car jusqu’à Paraty, puis 2 nuits sur place et ensuite fuite vers Sao Paulo pour 2 nuits encore ; enfin car jusqu’à Foz de Iguaçu  en 14 heures. On mettra finalement 16 heures puisque notre chauffeur conduisait normalement, lui. Contrairement aux chauffeurs du Brésil en général qui m’ont procuré des sueurs froides, bien que j’actionne ma pédale du frein imaginaire à sa place (ça marche po). On y restera l’après-midi. Vers 18 h passage de la frontière. Peu de session « on se pose » du coup. Les sacs s’en ressentent (C’est le souk !!) et notre énergie aussi… et mes billets sur le blog aussi. Mais là, dans 2 heures, départ en car pour Salta, avec la ferme intention de souffler enfin. Et faire l’école aussi ! Ouh la la… ça fait longtemps qu’un livre n’a pas été ouvert 😦 Enfin, environ 2 jours.

Allez, c’est parti. En route pour Salta !

Ihla Grande

Nous avons quitté Rio, ses Cariocas, son bruit et ses plages mardi en taxi, puis autocar (tellement confortable…) puis encore taxi et enfin bateau (1h20 de traversée) pour une arrivée à Ilha Grande à 17h. Entre temps, grâce à son t-shirt, Julien a rencontré un vétéran du Vietnam qui vit sur cette île et qui l’a assuré que les souvenirs du Vietnam étaient de « good memories », si si.

Arriver à Ilha Grande, c’est se sentir un peu pirate : moiteur, cocotiers, eau émeraude et pieds nus dans le sable. C’était par ailleurs un repère de pirates. Puis il y a eu le pénitencier qui a ensuite fait office de centre de quarantaine pour les migrants européens. Au centre de l’Ile : le pic de Papagaio qui culmine à presque 1000 mètres d’altitude (4h30 d’ascension, sans moi, merci). Et tout autour de l’Ile, des plages au sable fin et à l’eau claire, bordées de cocotiers. Ici, pas de voitures. Tout se fait à pieds ou en charrette. Alors rejoindre la plus belle plage du Brésil prend des allures d’expédition (3H30 de marche dans la jungle) surtout quand on croise (Moi, la voix chevrotante : « OH MON DIEU !! ») un serpent liane (serpent liane) ou encore des singes (tout ce que j’ai trouvé sur cet animal c’est « petit singe brésilien »), le tout, en étant doublés par des gens en tongs et serviette sur l’épaule ; on va à la plage quoi ! Heureusement, retour en taxi boat qui nous prendra 12 minutes.

A Ilha Grande, le temps semble ralentir. On marche plus lentement. On vaque, on traine, on observe, on se balade… à la cool Man. Peu de choses à visiter, donc pas de pression. Nous, on a vite trouvé notre rythme ici. Plage, piscine naturelle, balade… et même crêperie où notre dîner d’hier soir a pris des allures de soirée bretonne : polaire, pluie battante, crêpe complète (délicieuse par ailleurs) et discussion avec le patron, un français qui a eu l’air de nous prendre pour des fous lorsqu’on lui a expliqué notre périple. Heureusement, les moustiques sont là pour nous rappeler que non, nous ne sommes pas à la Pointe du Raz. Bref, la météo n’a pas forcément été très clémente mais j’entends déjà vos revendications : ça va, c’est vrai, on est sur une île sublime. Mais bon, un peu de soleil en plus, ça nous aurait plu. Les maillots et les serviettes ont du mal à sécher mais ça, c’est aussi dû à l’humidité ambiante.

Et puis un peu moins de vent parce que qui dit vent à Ilha Grande dit coupure d’électricité. Je pensais pas forcément me servir des lampes frontales achetées à Decath, un jour où on voulait s’équiper au top pour notre voyage mais je dois avouer qu’elles ont été très utiles, notamment pour retrouver des chaussettes noires, dans le noir et ben… merci la frontale. Tout comme mon service à couture (encore !) pour resserrer le maillot de Juju et réparer celui de Jo. En passe d’être une femme parfaite, moi.

Comment se profile notre fonctionnement : on prend nos marques, toujours. Julien est toujours le chef de l’organisation, moi je m’implique davantage. Nous formons une équipe soudée qui essaie de ne pas être déstabilisée par les interventions des enfants quant à nos choix. Pas toujours fastoche… On doit penser à TOUT et c’est parfois fatigant. Je ne sais pas si c’est le jetlag ou le fait d’être organisateur, ou les 2, mais, contrairement aux enfants, Juju et moi, on s’endort tous les soirs avant la fin du film… Donc on passe notre temps à s’interpeler : les clés c’est toi ? Tu as les passeports ? On a fait quoi du papier de la dame ? La carte bleue elle est où ?? Mais pas de boulette… enfin pas encore.

A savoir :

  • il est inutile d’acheter des tongs AVANT de partir au Brésil. Ben oui…
  • il ne faut pas emmener un couteau suisse au stade du Maracana. Ben non…
  • il ne faut pas laisser la liseuse sur le lit où les enfants aiment se jeter. Ben non…

Après cette semaine de plage et de farniente, je me dis qu’avoir un 3ième maillot de bain aurait pu être sympa (mais inutile pour la Patagonie) … mais trêve de futilité, Ilha Grande reste une île paradisiaque où se poser fait du bien. On laisse tout sur le continent : stress, rapidité et énervement. Ici, on se détend…