Lettre à mon père

« Quand tu aimes il faut partir »

On part. Quand même. On ne fuit pas, on ne vous abandonne pas, les rats ne quittent pas le navire, contrairement aux apparences. 9 Mois, c’est rien face au combat que tu viens d’entamer. Et à notre retour, tu auras déjà gagné plusieurs batailles, et peut-être la guerre -qui sait?-.

On ne part plus le coeur léger et le vent en poupe, mais on part. Quand même. On part parce que l’on est définitivement optimistes. Parce que tu as une santé d’enfer. Parce que ces médecins pas toujours adroits dans les relations humaines sont doués dans leur domaine : t’amener à la guérison. Nous sommes confiants. On part parce que tu es combatif. On part pour mieux revenir, forts et définitivement optimistes, à tes côtés. On part pour trouver ce sorcier indonésien qui peut-être pourra envoyer ses ondes, ses pensées, ses prières.

On ne part pas en sautillant de joie, on ne part plus en ignorant quand on rentrera : mais on part. La vie nous envoie un petit rappel à l’ordre. Il faut profiter. Ce tour du monde en est l’illustration.

On laisse sur le bord de la route ma Maman, qui va devoir retrousser ses manches comme jamais pour être à tes côtés dans ce combat. Et je sais qu’elle sera à la hauteur, comme toujours. Vous êtes entourés, c’est vrai. Les amis sont là, même dans l’adversité. Je compte aussi sur eux.

On laisse sur le bord de la route ma soeur, qui va devoir soutenir, panser, calmer, accompagner, rassurer, motiver, amuser, abreuver, inviter, nourrir, et j’en passe, chose que nous faisions avant toutes les 2, et que je referai dès notre retour. Je lui fais confiance, ainsi qu’à ses hommes qui seront là, eux aussi, dans son quotidien pour lui redonner des forces quand il n’y en aura plus beaucoup. Vivi : va falloir en prendre du magnésium 😉

Je veux que tu gardes en tête mon Papa cette idée de combat : il faut se battre, chaque jour. Y’aura des jours sans, pas mal même. Mais y’aura des victoires. Et faudra les arroser. Comme il faut, hein !

Mais mine de rien, on sera vite là. Et on sera là chaque jour, de septembre à mai. Par Skype, par mail, par Facebook, par nos pensées, par tout ça. S’il y a un guérisseur dans chaque pays où nous passons, j’irai. Même si tu n’es pas forcément preneur.

On garde le cap, Papa. Tiens bon la barre, on revient vite !

On t’aime fort.

5 réflexions au sujet de « Lettre à mon père »

  1. les larmes coulent mais ON RESTE FORT pour POLO
    on l’aime notre Jean Paul
    P… de B… de M…
    on lache pas les amis, vous pourrez compter sur tous les pioger
    VIVIR je vais te soutenir en remplacement de ta soeur, ce sera pas pareil mais je vais tout mon possible pour t’aider et aider tes parents qui sont comme les miens
    on chaime ché bo !

    Aimé par 1 personne

  2. Ma fille comme j’imagine bien ton questionnement….je pars…je ne pars pas….ce projet ne t’appartient pas a toi seule mais a toute ta famille qui rêve déjà depuis une année, et le bonheur des parents c’est quoi ? De voir ses enfants et petits enfants HEUREUX, pour papa comme pour moi..
    Pars ma fille sans arrière pensée vivez votre rêve..merci Skype…..je suis près de ton papa avec ta sœur et tous nos amis tu sais que nous sommes bien entourés. Et, on compte beaucoup sur papa pour gagner toutes les bataille.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s