Le Kerala par Joséphine

Depuis que nous sommes arrivés en Inde, c’est une toute autre ambiance. La chaleur, le bruit (surtout les Klaxons). Mais les paysages sont magnifiques, il y a beaucoup de verdure (les palmiers, cocotiers, bananiers etc…  DSC08047

Nous sommes arrivés à Kochi (ou Cochin) en avion, de BKK. L’hôtel que nous avions réservé était en fait dans la maison des gens. Et tout les autres hôtels où nous sommes allés, c’était chez les gens.

Nous étions dans le Kerala, région du sud de l’Inde. Le mois de mai est le mois le moins touristique et le plus chaud. Nous avons dû croiser une dizaine de touristes à Kochi. Sauf un soir où nous sommes allés au théâtre indien et il y avait une trentaine de touristes. C’était des touristes occidentaux car il y a aussi des touristes indiens : ce sont les vacances pour eux.

Les indiens sont en général très souriants, ils nous font signe de la main en disant  « Hello ! » et ils sourient. Il y avait un petit

Les videuses de poissons

Les videuses de poissons

garçon d’environ 4 ans et sa mère qui passaient dans la rue, et le petit garçon nous a dit « Hello ! » sans que sa mère ne lui dise quelque chose. Il a fait ça spontanément. Souvent quand nous passons dans la rue toute la famille est là : les parents, la grand-mère, les enfants, les cousins, l’oncle, la tante etc…

Dans le Kerala, il y a beaucoup de Chrétiens et d’églises. Ils sont très croyants, chez eux, ils ont des tableaux de Jesus et il y a écrit :  « Jesus, I trust in you ! » Nous avons vu des soeurs Chrétiennes Indiennes. Mais il y a aussi des musulmans et un quartier juif.Nous avons tout de même vu des Hindous avec le point rouge dans la rue : le bindi. Les Indiennes sont souvent habillées d’un sari. Nous n’avons vu aucune femme avec des jeans ou T-shirt. Enfin, nous sommes allés dans un mall (centre commercial), c’était chic et il y avait beaucoup d’indiens en jean etc… Parmi les tenues indiennes, il y a le sari qui se porte avec le haut court et le pantalon large assorti. Il y a aussi la Tunique fendue sur les cotés et le pantalon large assorti. Et il y a encore le saDSC07744ri très grand qu’on met sur soi et on est habillé. Pour les hommes, ils sont souvent habillés d’une chemise et d’un sari autour de leur taille (remonté quand il fait chaud) ou d’un jean ou pantalon en tissu. Les indiens ont
des sandales, des claquettes, ou des tongs. Dans les maisons, l’escalier est toujours à l’extérieur !

   Ils mangent souvent végétariens. Depuis 2 semaines que nous sommes ici, nous n’avons mangé que deux fois du poulet. Il y a seulement des plats de légumes, du riz etc… Il y a aussi des pains indiens  (plutôt des fines galettes) : les naan, les chapatis, les rôtis, les parottas et bien d’autres encore… En Malaisie, quand nous mangions dans les restos indien, il y avait les cheese naans et les rôtis. Depuis que nous sommes en Inde, pas une trace de naan ou de rôti, mais des chapatis et des parottas, et ce n’est même pas la même chose. A chaque repas, nous prenons des parottas ou des chapatis avec des menus où il y a une montagne de riz et 4 sortes de sauce : des lentilles ou des pois chiches cuisinés de différentes façon et un truc dans le genre et des sauces épicées et pimentées. On prend aussi des plats de légumes délicieux. On mange avec les doigts sauf dans les restaurants touristiques. Les serveuses nous apportent le riz et mettent de la sauce dessus et pas de couverts ! Il faut mettre du riz au bout des doits et on pousse avec le pouce dans notre bouche. Et on mange seulement avec la main droite, l’autre c’est poDSC08076ur s’essuyer les fesses (enfin en théorie, j’espère) Il y a toujours des lavabos pour se laver les mains, et quand une grande famille arrive, c’est la foule ! Mais heureusement, il a souvent plusieurs lavabos. Nous avons déjeuné, dans un hôtel, un petit-déjeuner indien. Il y avait des crêpesblanches je ne sais pas à base de quoi, peut-être de noix de coco avec du cumin. Avec aussi une sauce au curry pas très spicy et des oeufs dur qui sont dans la sauce. Bien sur, ils nous ont mis des toasts et des fruits. En tout cas, dans le Kerala on se régale !!!  

Pour ce qui est de la circulation, c’est très dangereux et il faut faire attention car ils roulent vraiment très vite. Le problème, c’est qu’il n’y a pas de trottoirs et on peut se faire renverser. Mais on est très prudent car on est conscient de ce qui peut arriver. C’est la guerre de Klaxons !!! Les indiens ont des Klaxons très TRES puissants! Et ça devient vite assourdissant !

Il y a de très beaux paysages dans le Kerala et c’est très vert. Nous nous régalons, les gens sont souriants et accueillants et les femmes sont très joliment habillées. L’Inde est LE pays à visiter. DSC08003

Nous n’avons pas visité les régions les plus pauvres donc on ne peut pas réellement avoir une opinion sur l’Inde en elle-même.

 

Joséphine

Une journée à Munnar, racontée par Robinson

On s’est réveillé tôt pour une journée en rikshaw (= tuk-tuk) on s’est arrêté devant un arbre. Sur cet arbre il y avait plein de ruches au moins 12 ruches d’abeille et à côté un tout petit singe grimpait dans l’arbre. Après on est allé voir des cueilleuses de thé. Elles travaillent pendant 8h. Puis on est descendu du rikshaw ; il est passé de l’autre côté du barrage  puis on est allé voir le lac en haut des escaliers. Plein d’indiens ont fait des photos avec nous : photo photo photo  ! DSC07853DSC07775Et une dame nous a donné une carotte (comme à Kanchanaburi en Thaïlande dans le train une dame a donné deux pommes à Céleste et moi). On a acheté des noix de Cajou et des fruits de la passion : Miam Miam !

Après on a traversé le barrage à pied c’était galère à cause de la circulation (bus, mini-vans, voitures, camions). Il y avait beaucoup de touristes MAIS des touristes indiens ! DSC07764Bizarre des touristes indiens en Inde mais en ce moment c’est les grandes vacances en Inde. Après on a repris le rikshaw  pour aller voir un panorama. Pendant le trajet on a revu les gens avec leur bébé qui étaient avec nous dans le bus pour aller à Munnar. Le bébé avait de faux sourcils parce que en Inde aux bébés on leur fait des sourcils avec un feutre pour qu’ils grandissent bien. Puis on est allé manger dans un restaurant ; on a pris 4 meals (plateau de riz avec 5 sauces). Quand on est sorti il pleuvait ; on est rentré à l’hôtel, le trajet était long et on avait froid. C’était la première fois qu’on avait froid en Inde.

Ce que j’ai préféré c’est quand j’ai vu les ruches parce que c’était la 1ère fois que je voyais une ruche sauvage, et le singe.

Robinson

Premiers clichés d’Inde

DSC07757

Plantation de thé

DSC07751

Ruche sauvage

DSC07744

Tout le monde -ou presque- porte le sari ici

DSC07764

Cueilleuse de thé

DSC07754

DSC07775

Notre arrivée crée l’événement : photo photo !!

DSC07777

De vraies stars

DSC07779

Dans le pays de l’hindouisme, nous voyageons dans l’etat majoritairement catholique

 

DSC07836

Fruit de la passion, véritable médicament selon le vendeur…

DSC07853

Rickshaw motorisé : oui oui, on rentre à 5 !

DSC07856 DSC07874 DSC07883

 

 

DSC07797

Culture maraichère

Ce qui nous manque…

Ainsi, je réécris mon article publié trop tôt et supprimé par inadvertance, pour vous exprimer ce qui nous manque.

J’avais commencé mon article par vous tous. Oui, c’est un fait évident, une réalité sans chichi : vous nous manquez tous. Et la distance fait qu’on vous idéalise ! De loin, vous êtes parfaits et ça nous donne envie de revenir, vous embrasser et passer du bon temps en votre présence. En manque de notre entourage. Mais là, j’enfonce une porte ouverte.

Pour notre alimentation, les voyageurs de passage dans notre TDM nous ont apporté tant de victuailles que nos papilles en frémissent encore et que finalement, nous ne sommes pas si dépendants que cela de la nourriture bien bonne de chez nous. Par contre, on va peut-être lever le pied sur le riz dans la semaine de notre retour. Mais c’est un aliment aux vertus si importantes qu’on va le réintégrer très vite. Quand on a très très faim, il nous arrive de songer à une fondue savoyarde. Quand on dîne souvent de plats sans trop de saveur, on évoque un boeuf bourguignon avec du bon pain pour saucer. Et quand il fait très très chaud, c’est au rosé frais qu’on pense… Au final, l’aliment qui nous manque le plus est le FROMAGE (et pi du bon vin). Pfff… pas le meilleur truc pour la santé mais un tel éveil gustatif !Capture d’écran 2016-04-26 à 16.43.36

En tant que rédactrice de cet article, je prends le flambeau et revendique mes envies futiles de vêtements de maquillage de brushing de chaussures… OUI ! Des chaussures !! Et puis un dressing, des cintres, des tiroirs à chaussettes, et du choix dans nos tenues vestimentaires. La blague récurrente du tour du monde : « Tiens, comment je vais m’habiller aujourd’hui… ? » Ben toujours pareil. Avec le temps, il faut savoir que TOUS les vêtements se détendent, se déforment, se décousent. Donc, plus le temps passe et plus on ressemble à des épouvantails. Ainsi je le clame haut et fort : j’en ai marre d’être toujours habillée pareil, de risquer une arrestation par la police du style, Mon short a été recousu, à plusieurs reprises, mais les taches de peinture au plomb orange (Mimi Julien, vous vous rappelez du bateau tout neuf de Koh Rong qui n’était pas si neuf mais fraichement repeint…?) aux fesses ne partiront jamais. La classe. Et trouver un short en Asie, qui ne soit pas mini, moulant, à fleurs, à paillettes ou fendu : c’est difficile.

Le telephone ? Au début, c’était terrible. A chaque sonnerie entendue, on avait des réflexes : j’ai un message ! Ah ben non. On m’appelle ? Euh non. Ou encore : « Attends, je vais regarder sur le net… Ah, faudra attendre le hall de l’hôtel pour internet ». Mais ça, finalement, c’est très vite passé. Non, ce qui manque surtout c’est de recevoir les codes secrets bancaires pour acheter des billets d’avion ou une résa d’hôtel sur internet… Là, effectivement, ça manque. Environ une fois par semaine. Grrr…

Un peu d’intimité ? Oui ça peut aussi nous traverser l’esprit que faire pipi dans la salle de bain d’une mini-chambre, entre Robin qui se lave les dents et Céleste qui nous interpelle depuis son lit car elle a besoin d’un truc, n’est pas idéal. On est 5. On fait tout à 5. Ou presque.

Il nous manque aussi tout ce qu’on a perdu en chemin. Les stylos, une chaussette, une lampe frontale, les housses de sac à dos, le fil à linge (ah non ! On vient de le retrouver !), mon pyjama, le téléphone (WTF ??)… Et tout ce qu’on a renoncé à emporter avec nous : des photos de vous, des enceintes pour écouter de la musique, 3 liseuses supplémentaires, une calculette… Pour les enfants, les doudous, les tablettes, les jeans pour nos filles, les jouets pour Robinson.

On manque d’un canapé, pour le confort et la convivialité, pour l’habitude de s’y retrouver, autour d’un repas. Le budget fait qu’on est plus souvent dans des petites chambres aux matelas fatigués que dans des apparts avec un sofa. En fait, comme on regarde nos films installés sur les lits, le canapé ne nous manque pas tant que ça.

Mais à part tout ça, on ne manque de rien ! On s’aperçoit que finalement, on a peut-être un peu trop d’affaires dans notre vie, qu’on peut vivre sereinement et agréablement avec peu, que qu’on se passe aisément de tout un tas de choses avec le temps. On s’adapte. Oui, ce paragraphe est en mode « donneur de leçons » ! On en est conscient. Seulement, ce constat, on le fait au fil du temps et on le partage avec vous. C’est vrai, la courses aux objets, c’est de la poudre aux yeux. Alors qu’est-ce qu’on va faire de tous nos cartons remplis d’objets de notre vie d’avant ? Ben on va pas tout bazarder. Toutefois, ralentir notre soif de consommation, ça, on voudrait bien. S’engager à se demander si on a réellement besoin de CET objet avant l’achat. Tenter de donner une seconde vie à un truc destiné à la déchetterie (spécialité de l’Asie). Voilà, nous sommes pétris de bonnes intentions au retour. Et promis, on va essayer de s’y tenir.

Et ce qui ne manque pas ?

Le RER E. Le stress quotidien qui nous pousse à aller toujours plus vite. La politique française. Le journal tv et son surplus d’informations qui rendent parano. Les devoirs, et je parle au nom de TOUTE la famille. Les courses à Carrouf. Le telephone fixe et les poseurs de fenêtres. Cyril Hanouna. L’hiver. Leroy Merlin. Garer la voiture. Le ciel gris. Le repassage -enfin des fois, on en aurait un peu besoin-. L’emploi du temps surchargé de la famille. Le dentiste. Etre à l’heure à la sortie de l’école. L’aspirateur. Rosny 2. Le réveil. L’insécurité. Les pulls. Le manque de temps. Le périph. Et on en oublie…